Exposition itinérante avec Silvère Jarrosson le 11 Mai 2017, au Moulin d’Arleux

Silvère Jarrosson se rêvait en danseur étoile. Il avait fait ses classes à l’opéra de Paris, où il semblait promis à un bel avenir. Mais la trahison d’une hanche a brisé net sa carrière. Qu’à cela ne tienne, il s’est alors lancé dans des études de biologie. Et est aujourd’hui titulaire d’un master. Mais surtout, il s’est trouvé une nouvelle passion : la peinture. Avec succès également puisque le jeune homme, outre dans la capitale, a déjà exposé à New York, Macao, Berlin, Venise…

L’artiste en plein travail, dans son atelier. Photo Julien Benhamou

L’artiste en plein travail, dans son atelier. Photo Julien Benhamou

Rien de figuratif dans son travail. Seulement des créations réalisées à base d’acrylique dilué, de différentes couleurs, dont les mélanges, ou pas, produisent des effets surprenants et donnent un rendu très minéral à l’ensemble. On pourrait aussi évoquer les univers lointains, entraperçus à travers la lentille d’un télescope. Voire même, à l’extrême, le fameux test de Rorschach, celui des taches d’encres.

Titiller la frontière entre la vie et l’inerte

À chacun d’y trouver sa propre interprétation. Lui, à travers cet ensemble qu’il a baptisé Amnios, en référence au liquide amniotique, y titille la frontière entre la vie et l’inerte. Et cherche à retrouver dans la matière le potentiel expressif de la danse. Qui était pour lui le sens même de sa vie.

Le voici de passage dans les Hauts de France, à l’invitation de l’association culturelle gœulzinoise l’APEPAC, et de son président Denis Lamy. Le tout dans le cadre d’une exposition itinérante qui fera escale au Moulin d’Arleux, ce jeudi 11 mai, à partir de 19 heures, rue de la Chaussée. Pour un soir seulement. Car, dès le lendemain, l’exposition partira direction Saint-Quentin, (ancienne taverne de la Bourse).

Le 13, elle sera visible à l’abbaye de Ribemont, toujours à partir de 19 h. Enfin, le 14, elle fera escale au Château de Coucy, à Coucy-le-Château-Auffrique. Cette expo sera également visible, du 12 au 14, le matin seulement, et sur rendez-vous, au siège de l’APEPAC, 474, rue du Marais, à Gœulzin.

Publié le 10/05/2017

Par J.-F. G.; Ph. Julien Benhamou

Les commentaires sont fermés